Gean qui meurt & Gean qui rit.

C’est lui, mon roman en cours!

C’est du fantastique, dans le sens où ça se passe dans un univers imaginaire, mais assez proche de notre monde, plutôt post-apocalyptique qu’épique, quoi. J’ai encore beaucoup de mal à le décrire, peut-être par peur de le lâcher, ce bébé que je porte en moi!

Donc aujourd’hui ce sera plus sa genèse qu’un résumé 🙂

J’ai commencé le premier jet en novembre dernier lors du National Novel Writing Month, ou pour les intimes le NaNoWriMo. Si vous ne connaissez pas encore, c’est un programme international né aux États-Unis, et un défi personnel, dans lequel il s’agit d’écrire un roman de 50.000 mots en 30 jours, au mois de novembre chaque année.

J’avais tenté l’aventure la première fois en 2016, sans préparation, et j’avais tout juste dépassé les 25.000 mots. Le projet est resté en plan depuis.

Cette fois-ci, je me suis préparée sérieusement. Je ferai un article sur les ressources fabuleuses qui m’ont aidée à y voir plus clair et à planifier mon histoire avant le début du NaNoWriMo.

En novembre 2017 j’ai fièrement passé la barre des 50.000 mots fin novembre! Sauf que… au niveau du scénario, j’en étais tout juste à la moitié. Pas de problème, j’étais lancée, je me disais qu’en décembre je pouvais écrire la deuxième moitié sur ma lancée. Mais 50.000 mots en un mois, mine de rien, c’est un gros investissement, en temps, et en énergie aussi. J’ai lâché le rythme, presque rien écrit en décembre.

Pour me motiver à m’y remettre, je me suis inscrite à 85K90, un autre programme d’écriture qui lui s’étale sur l’année complète. Le rythme est plus facile à tenir, mais reste assez soutenu, puisqu’il s’agit d’écrire 90.000 mots entre janvier et mars, puis de passer à la phase de révision en mai et juin, avant d’attaquer le phase de préparation à la publication à partir d’août.

Avec mes 50K déjà écrits, ça aurait dû être super facile de finir en 3 mois, hein! Et ben non, ça n’a pas marché. Parce qu’il y a un moment où le cerveau dit « stop! », il y a des gens qui appellent ça un burn-out, et c’est un peu ce qui m’est arrivé. J’ai finalement fait un break complet au mois de mars, et en avril j’ai enfin bouclé mon premier jet!

Depuis… je révise, je corrige. Pas si facile! Autant sur la phase d’écriture, je pouvais me perdre dans les ressources, les conseils, les références, en ligne et en livres. Autant sur la phase de révision, il y a très peu de support technique, il faut vraiment trouver son organisation personnelle, et il est plus difficile de partager sa progression sur les réseaux.

Je me demande si je devrais me lancer dans l’écriture d’un autre projet en parallèle, histoire de retrouver la magie de la création. Mais mes personnages attendent depuis si longtemps (mon personnage principal me trotte dans la tête depuis que j’avais 17 ans quand même!), et on est si près du but finalement, que j’hésite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s